Étiquettes

, ,

quelques lectures pour commencer

couvfractaledesraviolisUn  voyage en TGV m’a permis (outre de rêver les yeux ouverts en découvrant les machines de l’Ile de Nantes) de dévorer La fractale des raviolis. Un roman à la manière des poupées gigognes, chaque chapitre faisant découvrir une histoire dans la précédente, jusqu’à les refermer les unes après les autres. Les différentes intrigues s’emboîtent avec une précision incroyable, tout en proposant des univers et des personnages d’une grande variété. L’apparente simplicité du style et le ton souvent pince-sans-rire font le reste. Les camarades blogueuses ont beaucoup écrit sur ce roman quand il a été publié, et elles ont très largement partagé le plaisir de le dévorer.

La fractale des raviolis, Pierre Raufast, 2014.

couvapiculteurUne couverture dans les mêmes tons, mais bien moins d’enthousiasme pour évoquer L’Apiculteur de Maxence Fermine. Le personnage d’Aurélien Rochefer, jusqu’au-boutiste de l’apiculture, doux rêveur et aventurier un peu malgré lui, n’a pas réussi à me séduire. Sous des dehors d’idéalisme se cache en fin de compte une forme d’égoïsme assez agaçante.

L’Apiculteur, Maxence Fermine, 2000.

Et, entre deux lectures (notamment pour le prix des lectrices ELLE), il reste un peu de place pour la musique (à défaut de temps pour un  blog trop souvent laissé en jachère). Grâce à un festival de jazz, j’ai eu le plaisir d’écouter le Sacre du Tympan, dirigé par Fred Pallem (à écouter ici) mais aussi le grand Avishai Cohen (son site).

 

Publicités