Mots-clefs

,

couvkingsmanbdCe titre n’est évidemment pas inconnu de la plupart de ceux qui passeront par ici : il s’agit en effet de celui d’un film sorti en 2014, que j’ai vu avec un peu de retard mais beaucoup de plaisir. Lors d’une visite chez G****t J***ph, mon mari a mis la main sur le volume relié de la BD éponyme. Il ne s’agit pas d’une adaptation du film, mais d’une histoire écrite en parallèle avec le scénario. Les points communs sont donc nombreux, mais les différences assez sensibles également.

Jack London est un agent secret britannique, qui rappelle très nettement James Bond – les auteurs ne cachent pas leurs sources d’inspiration. Issu d’un quartier défavorisé, il est devenu un espion de haute volée, mais pour sa famille, il n’est qu’agent de la répression des fraudes. Il n’empêche, c’est lui qu’on appelle quand son neveu Gary fait des siennes et se retrouve engeôlé. Las d’intervenir quand il est déjà trop tard, Jack propose au jeune homme de changer de vie et d’embrasser la même carrière que lui. Pendant que Gary entame sa formation, Jack enquête sur des disparitions, en particulier d’acteurs de séries télévisées et de films à grand public.

Les grandes lignes de l’intrigue de cette bande dessinée sont semblables à celles du film, avec, en particulier un magnat de la téléphonie mobile qui dérape sérieusement malgré de bonnes intentions. Les motivations des enlèvements sont toutefois différentes, et cela vaut un début d’histoire assez amusant, doublé d’un clin d’oeil à une des premières scènes du film. Les bons sentiments et les stéréotypes sont par ailleurs moins marqués dans la bande dessinée. Le dénouement, notamment la manière de contrecarrer les plans du méchant, est peut-être plus subtil. Le dessin (oeuvre de Davec Gibbons) est celui des comics américains, ce qui me convient bien mieux que certains errements actuels du roman graphique. C’est net, clair, pas trop bavard, donc efficace.

Une lecture divertissante, qui constitue un bon complément au film.

Kingsman : services secrets, Mark Millar (scénario), Dave Gibbons (dessin), Matthew Vaughn (scénario), 2015 pour le volume relié français, 2012-2013 pour les 6 numéros de la série en VO.

Publicités