Étiquettes

,

couvaraisinpottedgardenerAu cours du mois anglais, une multitude de billets ont été publiés sur les deux premières enquêtes d’Agatha Raisin, grâce à un éditeur apparemment très généreux pour lancer les traductions de cette série de romans. Cela m’a donné envie de poursuivre la découverte des tribulations de cette chère Agatha, et j’ai donc sorti le troisième volume de ma PAL.

Tout débute ici avec le retour d’Agatha à Carsely, après un long voyage à l’étranger, de l’Europe à l’Amérique du Nord. Les retrouvailles avec ses concitoyens sont plus agréables qu’elle ne l’imaginait. Cela compense la surprise de voir que le village compte une habitante de plus, Mary Fortune, bien insérée dans les différents groupes dont Agatha fait partie. Le plus difficile à supporter reste cependant le lien qui unit cette dame au séduisant voisin d’Agatha. Entre concurrence et prémices d’amitié, la relation entre les deux femmes est tendue, d’autant plus qu’il est question d’un concours de jardinage. Agatha se lance à corps perdu dans cette nouvelle activité, toute prête à renouer avec ses errements en cuisine. Mais Mary est assassinée, d’une fort étrange manière qui plus est.

C’est un troisième volume aussi agréable que les précédents, où l’on retrouve avec plaisir des personnages attachants, et une intrigue bien ficelée. Même si elle semble s’assagir, Agatha reste aussi dynamique et impulsive, un brin entêtée par moments. Elle semble de plus en plus attachée au village de Carsely et à ses habitants, qui – elle en est la première étonnée – l’apprécient. Et quand il arrive au terme de cette enquête, le lecteur n’a qu’une envie : se jeter sur la suivante, où il est question de randonneurs…

Agatha Raisin and the Potted Gardener, M.C. Beaton, 1994.

lectures_en_serie

Publicités