Mots-clés

, ,

couvmariagesdesaisonPour la deuxième année consécutive, la parution d’un roman de Jean-Philippe Blondel coïncide avec mon anniversaire. Et comme ma mère (qui m’a d’ailleurs fait découvrir cet auteur voici quelque temps maintenant) sait combien j’apprécie son travail, elle m’a offert il y a quelques jours Mariages de saison, avec une dédicace de Jean-Philippe Blondel en prime.

Aussitôt reçue, aussi engloutie, cette histoire de photographes de mariage. Corentin, un peu paumé, entre des projets professionnels confus et une vie sentimentale un peu décousue, seconde son parrain, Yvan, quand, à la belle saison, les jeunes couples cherchent à immortaliser les plus moments de leur mariage. Chaque samedi, Corentin observe, écoute et enregistre les actes d’inconnus, percevant les faiblesses, les doutes comme les grands bonheurs.A mesure que l’été avance, il s’interroge. Ses choix, ses relations avec ses parents, ses amis, et même son parrain, lui semblent confus. Alors il leur donne la parole, dans des entretiens face caméra, qui l’aident à ouvrir les yeux.

Sans être vraiment léger, Mariages de saison est un roman moins sombre que les derniers écrits par Jean-Philippe Blondel. L’arrière-plan de l’intrigue y est sans doute pour beaucoup. Une fois encore, cependant, l’auteur sait joliment mettre en avant les petits détails qui peuvent empoisonner la vie. Les désillusions, les résignations, les regrets sont très présents derrière les sourires de mise lors des mariages. Toutefois le bon côté des choses est systématiquement mis en valeur, comme lorsque la table des exclus (ces invités dont on ne sait pas trop quoi faire) quitte la soiré pour, après un bon fou rire, aller fumer sous les étoiles. Et le sort du personnage principal à la fin du roman permet d’oublier toutes les aspérités qui font le sel de la vie.

Un roman qui saura réjouir les convaincus, amateurs des travaux de Jean-Philippe Blondel, et sera parfaitement à même de convaincre ceux qui ne les connaissent pas encore.

Mariages de saison, Jean-Philippe Blondel, 2016.

Publicités