Étiquettes

,

couvlesinfamesDepuis près de vingt ans, celle qui se fait appeler Freedom Oliver s’efforce de construire un semblant de vie au fin fond de l’Oregon. Impossible d’oublier un mari brutal, assassiné un peu par hasard, un séjour en prison, une belle-famille de cauchemar et surtout la perte de ses enfants, confiés à une famille d’adoption. Grâce aux réseaux sociaux, Freedom parvient à se tenir informée de ce qu’est devenue leur vie. Mais, voici qu’au moment où le beau-frère qu’elle exècre le plus sort de prison, elle apprend la disparition de sa fille. Ces deux événements suffisent à mettre Freedom en mouvement. Deux objectifs : échapper à ses beaux-frères psychopathes et rejoindre le Kentucky pour retrouver sa fille. Et qu’importe ce qu’il faudra affronter en chemin.

En dépit d’une quatrième de couverture et d’un premier chapitre peu convaincants, ce roman est finalement assez plaisant. Les personnages, et en particulier l’héroïne, sont originaux, voire pas mal déjantés. Le ton, souvent ironique, donne l’impression que l’auteur ne se prend pas au sérieux, qu’elle s’amuse autant avec ses personnages qu’avec ses lecteurs. Quant à l’intrigue, elle est une incroyable succession de péripéties toutes plus abracadabrantes les unes que les autres, avec une mention spéciale pour les deux Indiens croisés en Idaho. Elle est aussi l’occasion de pointer du doigt quelques dérives typiquement américaines, comme l’église radicale dirigée par Virgil Paul.

Une bonne surprise en somme, qui aurait mérité un titre français plus fidèle à l’original (Freedom’s Child).

Les infâmes, Jax Miller, 2015.