Mots-clefs

, ,

couvechapperFasciné par La leçon d’allemand, le narrateur souhaite s’installer dans le village de Rugbüll, où se déroule l’intrigue du roman de Siegfried Lenz. Il projette d’écrire la suite du roman, et ainsi échapper à sa vie en France, marquée par une rupture difficile. Augustin part donc pour les contrées allemandes aux confins du Danemark. Et si sa quête de Rugbüll s’avère plus difficile que prévue, plusieurs rencontres viennent enrichir son séjour. Une en particulier, liée à son travail sur Emil Nolde, qui servit de modèle au peintre du roman, lui redonne goût à la vie.

L’ennui avec ce roman est que les premiers chapitres ne lui rendent pas justice. Ils donnent en effet la part belle aux états d’âme du narrateur, qui se révèle rapidement un personnage peu sympathique. Son nombrilisme, associé au sentiment qu’il est toujours l’homme le plus malheureux du monde, le desservent, et rendent le début du roman déplaisant. Les personnages secondaires sont finalement à la fois plus intéressants et plus touchants qu’Augustin, notamment les femmes. Les lieux du roman, et leur description, constituent également des parenthèses agréables, où le narrateur s’efface.

nolde_printempsdanslachambre

Emil Nolde, Printemps dans la chambre, 1904.

Mais ce qui, à mes yeux, a fait le charme de cette lecture, est la place qu’occupe Emil Nolde. Les pages consacrées au récit de sa vie, à ses relations tendues avec les nazis, à ses deux histoires d’amour sont réellement enthousiasmantes. Elles donnent envie d’approfondir la question, de se pencher sur les oeuvres du peintre.

Et le dénouement, enfin, conclut le roman de manière satisfaisante, avec un soupçon de drame, qui ne laisse aucune place au regret.

Echapper, Lionel Duroy, 2015.

Publicités