Mots-clefs

,

couvvengeancevoléeEn période d’activité plus intense, quand le temps de la lecture est volé aux obligations du quotidien, deux types de livres, absolument différents, ont grâce à mes yeux : les essais et les romans policiers. Dans ma PAL trainait depuis un peu trop longtemps ce roman historique, dont la quatrième de couverture semblait prometteuse.

1863. Le Second Empire est à son apogée, et le capitaine des cent-gardes Hadrien Allonfleur sert le régime avec talent. Outre ses qualités militaires, il est parvenu à se distinguer aux yeux de ses supérieurs grâce à d’étonnants talents de limier. Quand un cadavre est retrouvé dans un salon des Tuileries, on s’inquiète. Et lorsqu’un second domestique est égorgé chez la princesse Mathilde, on s’affole. De concert avec un inspecteur à la retraite, Amboise Martefon, le jeune militaire s’emploie à faire la lumière sur ces deux assassinats. Des salons parisiens à la campagne bourguignonne, Hadrien Allonfleur interroge, observe et se réserve quelques plaisirs, quand il évite de se faire estourbir par un rival anonyme évidemment.

Le ton de ce polar historique est assez différent de ce qu’on peut lire habituellement dans ce domaine. Derrière des efforts de reconstitution du contexte et de l’atmosphère du Second Empire, pointe sans cesse une forme d’ironie, portée par un héros aussi énergique qu’il peut être maladroit. Les dialogues sont aussi joliment troussés que l’intrigue intelligemment construite. Les personnages sont présentés comme pris en plein vol dans l’action, une part de leur passé n’étant dans un premier temps qu’évoquée, avant d’être dévoilée progressivement au cours du roman. L’auteur évite ainsi une exposition trop pénible et plonge immédiatement lecteur et personnages au coeur de l’histoire. Pas de temps mort, mais point de frénésie non plus (on est loin du thriller…). Une lecture sympathique : on attend la suite des aventures du capitaine Allonfleur.

La vengeance volée, Irène Chauvy, 2011.

Roman récompensé par le prix « ça m’intéresse Histoire », présidé par Jean-François Parot.

Publicités