Mots-clefs

,

Parce qu’il faut bien continuer à vivre, à lire et à s’émerveiller. Parce que rester prostré et ressasser n’ont jamais conduit à rien. Parce que se laisser berner par le pathos excessif de médias anxiogènes, c’est donner raison aux barbares, satisfaits de leur effet.

seine-argenteuil-monet

Claude Monet, « Le petit bras de la Seine à Argenteuil », 1872.

Publicités