Étiquettes

,

couvunmondeflamboyantParmi les romans parus à la rentrée, rares sont ceux qui ont éveillé ma curiosité.  Mais dans la liste proposée par Priceminister, à l’occasion de ses matchs de la Rentrée littéraire, un titre m’a tapé dans l’oeil, celui de Siri Hustvedt. S’il a mis un peu de temps à arriver et si sa densité a rendu la lecture plus lente, il mérite l’honneur de ce billet qui marque le réveil d’un salon trop longtemps délaissé.

Elevée dans l’ombre de parents brillants, épouse d’un galeriste renommé, Harriet Burden a mis entre parenthèses ses aspirations artistiques. Elle a consacré sa vie d’adulte à sa famille, tout en se réservant le temps de lire tout ce qui pouvait passer à portée de sa main. A la mort de son mari, Harriet, dite Harry, se trouve comme libérée du carcan qu’elle s’était imposée, et, nourrie de ses innombrables lectures, elle entend se consacrer à un projet artistique qu’elle souhaite édifiant. Persuadée que les femmes sont pénalisées dans le monde des arts, elle choisit trois prête-noms pour présenter ses oeuvres.

Le propos du roman, enrichi d’une foule de références très pointues, est captivant. Sa forme, quant à elle, est déroutante. Point d’intrigue racontée de manière linéaire, mais un assemblage de différents textes de formes variées, prétendument réunis par I.V. Hess, historien de l’art. Des entretiens avec les proches d’Harriet comme avec ceux de ses hommes de paille, des témoignages écrits, des extraits de carnets rédigés par Harriet permettent de saisir la complexité du personnage et de son projet.

Si l’histoire d’Harriet est au coeur du roman, ce qui tient le lecteur en haleine est aussi (et peut-être même principalement) l’ensemble des références, qu’elles soient philosophiques, artistiques ou scientifiques. Elles alimentent une réflexion plus profonde sur l’art mais aussi sur la question de l’identité, ou sur la famille. Un monde flamboyant se lit avec lenteur, crayon en main. Siri Hustvedt offre, avec cet ouvrage d’une extraordinaire richesse, un excellent moment de lecture, aux prolongements multiples. Comme son personnage, le lecteur est ainsi invité à façonner son quotidien à la lumière de toutes ses lectures.

Un monde flamboyant, Siri Hustvedt, 2014.

Publicités