couvetrangesuicidedansunefiatrougeCe titre à rallonge (et un peu biscornu) est apparu à maintes occasions sur les blogs lors de la sortie du roman, mais sans me convaincre d’aller y voir de plus près. Lorsqu’il a surgi au détour d’un rayonnage à la médiathèque, un coup d’oeil à la quatrième de couverture m’a convaincue de tenter la chance.

La Fiat qui donne son titre français au roman est retrouvée sur une plage du Sussex, non loin du domicile d’Ethelred Tressider. Rien de bien inquiétant en soi pour cet écrivain en mal d’inspiration (et peut-être de talent), si ce n’est qu’une lettre d’adieu de son ex-femme a été déposée dans ledit véhicule. La disparition se mue rapidement en meurtre après la découverte d’un corps, identifié par Ethelred comme celui de son épouse Géraldine. Les soupçons de la police oscillent entre le coupable idéal que pourrait être l’auteur de romans policiers et un meurtrier en série oeuvrant dans la région. Poussé – et secondé, parfois maladroitement – par Elsie, son agent littéraire, Ethelred met son nez dans l’enquête.

Etrange lecture que celle-ci. Le premier chapitre, si drôle avec un personnage cynique en diable, laisse espérer un roman exceptionnel. Mais à peine entre-t-on de plain pied dans l’intrigue, avec l’irruption de la Fiat rouge, que le ton s’amollit et le personnage d’Ethelred s’affadit. Hormis les  tentatives du pauvre Ethelred pour débuter un nouveau roman (où son personnage récurrent se trouve invariablement dans des situations invraisemblables), l’histoire est en somme assez classique et son dénouement ne surprend guère. On passe un agréable moment en compagnie d’Elsie et Ethelred, à suivre les efforts de l’un et de l’autre, conjoints ou séparés, pour faire la lumière sur la disparition de Géraldine. La confrontation des points de vue des deux principaux protagonistes enrichit l’intrigue. L’humour est bel et bien présent, mais il aurait gagné à être encore plus caustique. Je suis donc comme restée sur ma faim. Peut-être serait-il bon, pour confirmer ou infirmer ce premier avis, de lire un autre épisode de la série (qui en compte quatre pour l’instant), et en anglais autant que possible.

Etrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage, L.C. Tyler, 2007.

Publicités