Mots-clés

,

couvjournaldamyVieille fille à la retraite, Amy Wingate s’alarme d’être régulièrement la proie d’une colère qu’elle ne parvient à s’expliquer. Son médecin lui conseille de tenir un journal pour noter ce qui l’irrite, analyser ces émotions qu’elle ne contrôle plus. Aussitôt dit, aussitôt fait. Depuis son bureau avec vue sur la mer, l’ancienne professeur transcrit son quotidien, truffé de détails qui l’agacent ou piquent sa curiosité. Elle décrit ses relations avec son amie Francesca et sa famille un peu trop parfaite. Elle raconte comment elle pousse, sur un coup de tête, un jeune voleur du haut d’un pont, puis combien elle est surprise de se trouver nez à nez avec lui à l’hôpital. Elle ose aussi revenir sur les moments sombres de son passé, sur des blessures qu’elle pensait refermées, puisque reléguées dans les tréfonds de sa mémoire.

Contrairement à ce que pouvait faire penser la couverture (fort mal choisie…), il ne s’agit pas ici d’un journal de midinette qui s’apitoie sur son sort. Le ton est vif, tantôt cynique tantôt inquisiteur, parfois touchant. Amy n’a pas sa langue (ni sa plume) dans sa poche, et elle mène bien son petit monde. Elle assume son âge, sa situation et ses petits défauts. Elle n’hésite pas à mettre son nez dans des histoires qui ne la concernent qu’à la marge, mais toujours avec la meilleure volonté du monde. Curieuse mais soucieuse du bien-être d’autrui, elle sait se rendre indispensable, mais louvoie pour s’éviter les corvées. Amy est un personnage passionnant, riche de mille contradictions. Au fil des pages du journal, plusieurs intrigues se mêlent, celles du présent et celles du passé, où les sentiments amoureux autant que leurs effets secondaires tiennent le haut du pavé. Les secrets, les cachotteries et les non-dits en prennent pour leur grade dans ce roman à la fois drôle et émouvant. Un lecteur attentif peut sans trop de difficulté deviner les rebondissements qui surviennent sur la fin. Mais qu’importe, cela ne suffit pas à gâcher le plaisir de cette lecture.

Une belle découverte que cet auteur, dont d’autres oeuvres trouveront plus que sûrement leur place en ce salon.

Le journal secret d’Amy Wingate, Willa Marsh, 1996.

objectif palchallenge-c3a9tc3a9-pal-2014

Publicités