Mots-clefs

,

SdL_2014_2« Une Pintade n’est ni une poule ni une dinde et certainement pas une bécasse, mais le symbole de la femme d’aujourd’hui, sérieuse et frivole à la fois ». Et les Pintades sont les héroïnes d’une série de guides que j’affectionne beaucoup (avec elles, j’ai déjà parcouru Londres, New York, Berlin, Moscou et même Téhéran). Difficile de ne pas céder à l’appel de Bruxelles quand s’est profilé le Mois belge organisé par Anne et Mina.

Comme dans les volumes précédents de la série, la découverte de la vie bruxelloise est organisée en chapitres thématiques, où se mêlent les impressions de l’auteur (ici, Elisabeth Clauss, une Française installée à Bruxelles depuis suffisamment longtemps pour bien connaître la ville) et des portraits de femmes. A la fin de chaque partie est proposé un récapitulatif des bonnes adresses mentionnées.

Une fois encore, le premier chapitre, consacré à la vie nocturne, ne m’a pas vraiment passionnée. Le carnet d’adresses, très riche et varié, saura sans doute plaire à d’autres. En revanche, la présentation de la population bruxelloise, de ses habitudes quotidiennes, de ses lubies et petits travers est passionnante. On retiendra que les Pintades belges savent recevoir : pas de chichis, une table bien garnie et appétissante, sans oublier une convivialité hors pair. Les mères de famille sont organisées, soucieuses de la réussite de leurs enfants (qui, en France, prendrait une semaine de congés pour aider sa progéniture à réviser ses tests de fin d’années, à l’école primaire ?!) et de leur santé (en toute saison, une bonne bolée d’air frais quotidienne). On fait un tour dans les divers quartiers de la capitale (rue de Brabant, Matonge, marché du Châtelain…), mais aussi dans les arcanes de l’administration et de la politique belges. On note où faire son shopping (vêtements et chaussures, of course, boucherie, fruits et légumes…) et où aller chiner (ah ! les puces de Bruxelles…). Une brève introduction à la gastronomie belge (qui ne se limite pas aux frites et aux bières, s’il vous plaît) met l’eau à la bouche. Quelques conseils avisés aussi, dont un a retenu mon attention car c’est certainement celui que j’aurais fait à toute Pintade sur le point de visiter Bruxelles : gare aux pavés !, ces traîtres qui ruinent les chaussures à talons et font risquer l’entorse mille fois dans une journée.

En abordant ce guide, l’essentiel n’était pas, comme pour Moscou ou Téhéran, de faire des découvertes. Je me demandais si j’y retrouverais le Bruxelles qui m’est familier, celui que je pratique depuis plusieurs années à intervalles très réguliers. Ô bonheur ! non seulement ce Bruxelles est bien présent, mais j’ai pu noter par devers moi quelques adresses (notamment gastronomiques) à tester lors de prochains séjours. Que vous connaissiez un peu la ville et le mode de vie belge, ou qu’ils vous soient totalement étrangers, vous ne pourrez que prendre plaisir à la lecture de ce guide d’autant que la plume de l’auteur, vive et pleine d’humour, est elle aussi un atout non négligeable.

Une vie de Pintade à Bruxelles, Elisabeth Clauss, 2012.

mois-belge-logo-khnopffobjectif pal

Publicités