Mots-clefs

, ,

couvladamealacamionnetteDeux bonnes raisons ont conduit ce petit ouvrage dans ma PAL : une couverture étonnamment attrayante et l’envie de donner une nouvelle chance à Alan Bennett, dont  So shocking ! m’avait déçue.

A la fin des années 1960, Miss Shepherd, une vieille dame un tantinet excentrique s’installe dans la rue où vit l’auteur. Elle loge dans une vieille camionnette (jaune !) en panne, qu’il accepte de pousser à plusieurs occasions. Et quand les autorités menacent de faire enlever le véhicule, il propose à Miss Shepherd de le garer dans son jardin. S’ouvre alors une vingtaine d’années de cohabitation, ponctuée de moments surprenants, agaçants, émouvants. L’écrivain et la vieille dame se chamaillent régulièrement, mais il n’est jamais question de briser cet étrange duo.

Alan Bennett raconte cette relation bancale avec beaucoup de délicatesse et d’humour. Il se plaît à décrire les extravagances de sa voisine, qu’elles concernent le domaine vestimentaire comme les prises de position politique. En arrière-plan se dessine le tableau d’un quartier (Camden Town) qui se transforme peu à peu sous l’influence de ses nouveaux habitants. On sourit beaucoup lors de cette courte lecture, tout en compatissant pour l’auteur autant que pour Miss Shepherd.

Me voici donc réconciliée avec Alan Bennett.

« Miss S. a enfilé sa tenue d’été : un imperméable à l’envers, exhibant une doublure à carreaux en toile marron et une grosse étiquette garantissant une étanchéité maximum. L’ensemble s’enrichit d’une écharpe en mousseline bleu lavande, retenue par une visière fabriquée à partir d’un paquet de corn-flakes. »

La dame à la camionnette, Alan Bennett, 1989 (2014).

objectif pal

Publicités