Étiquettes

, ,

couvaunorddumondeUne ville au Nord du monde, où la neige et le froid dominent en maîtres pendant une grande partie de l’année. C’est Evangeline, désertée par ses habitants. Pourtant le shérif Makepeace continue de patrouiller, toujours prêt à repousser les pillards et les vandales. Une rencontre vient briser la monotonie de son quotidien. Un décès le conduit sur les routes, à la recherche d’autres hommes, de nouveaux espoirs.

Qu’il est difficile de présenter ce roman sans trop en dire pour ne pas gâcher les découvertes que l’intrigue distille au compte-goutte, et toujours à un moment où on ne s’y attend pas. Car le personnage principal, Makepeace, comme le monde qui l’entoure, ne sont pas forcément ce qu’ils paraissent dans les premières pages. A mesure que l’histoire avance, le décor des aventures de Makepeace se fait plus net, et le personnage plus complexe qu’on aurait pu le croire. Le lecteur, quant à lui, est plus attentif, plus concerné qu’il devient peut-être par le propos du roman. Il est porté par une écriture aussi sobre que délicate. Les personnages secondaires, les lieux se succèdent au gré des déambulations d’un shérif parti en quête d’une humanité que sa vanité a perdue.

Rares sont les coups de coeur en ce salon. Pourtant ce roman en est indubitablement un. Quand bien même une lecture attentive permet d’anticiper certaines révélations, la construction de l’intrigue et ses dévoilements progressifs, le monde fragile qui lui sert d’arrière-plan, de même que les personnages si riches m’ont séduite. Bien m’a pris de suivre les conseils de Sandrion et Keisha qui, après la lecture de Jeu de pistes, m’ont encouragée à découvrir cet autre roman de Marcel Théroux. Une jolie pépite à relire de temps à autre pour se rappeler que le monde tel qu’on le connaît n’est pas éternel.

Au nord du monde, Marcel Théroux, 2009.

objectif pal

Publicités