Étiquettes

, ,

couvnocesdeneigeDeux jeunes femmes russes s’embarquent à bord d’un train. L’une, à la fin du XIXe siècle, quitte la Côte d’Azur pour regagner Saint-Pétersbourg. L’autre, au XIXe siècle, part de Moscou et fait le voyage inverse. Toutes deux espèrent, au bout de leur périple, retrouver l’homme dont elles rêvent. Mais un événement inattendu bouleverse les beaux projets de chacune d’entre elles.

Ces deux histoires, que séparent en apparence près d’un siècle et demi autant que les origines sociales des héroïnes, ont des points communs. L’espoir que nourrissent les deux jeunes femmes, leur précoce expérience des déceptions sentimentales, ainsi qu’un petit détail révélé en guise d’épilogue, les lient. On pourrait aussi évoquer l’âme russe, cette passion et cet enthousiasme chantés depuis des siècles, sources d’exploits héroïques autant que de tragédies.

Ce qui séduit le plus dans ce court roman, ce sont évidemment les personnages principaux, dont la destinée bascule lors de ce long voyage. Mais, pour la grande amatrice des trajets en chemin de fer que je suis, le détail qui transcende ces deux récits est le fait qu’ils se déroulent à bord d’un train. L’atmosphère oppressante, un cadre proche du huis clos, donnent l’impression d’histoires hors du temps. Une fois encore, Gaëlle Josse réussit à captiver le lecteur, à l’emporter loin de son quotidien et à le faire rêver. La légèreté de son style ciselé retient de lever les yeux du texte avant d’avoir dégusté les quelque cent cinquante pages du roman.

Et qu’il est plaisant d’ouvrir l’année 2014 sur un billet présentant une si belle pépite !

Noces de neige, Gaëlle Josse, 2013.

Pour se souvenir des deux titres précédents : ici et , sans oublier le blog de l’auteur

Publicités