Mots-clefs

, ,

couvicietmaintenantLes chemins de Paul Auster et John M. Coetzee se croisent en 2008, lors d’un festival en Australie. Les deux hommes, qui apprécient leurs oeuvres respectives, font connaissance et se lient d’amitié. L’un vit à New York et l’autre en Australie, ce qui rend la communication un peu compliquée. Le premier est attaché à l’usage de la machine à écrire et du fax, quand le second s’accommode fort bien des messages électroniques. Les échanges postaux ne sont pas plus évidents, en raison de l’éloignement. Pourtant une correspondance aussi régulière que nourrie se met en place.

Entre ces deux auteurs, il est évidemment question d’écriture, d’interrogations sur la création artistique, de rapports (plus ou moins tendus) avec les critiques. On entrevoit ainsi les coulisses de leurs romans. Mais les préoccupations des correspondants vont bien au-delà. Le recueil de leurs lettres s’ouvre notamment sur une réflexion sur le sport, qu’on le pratique ou qu’on en soit spectateur. La famille, les voyages, les effets de l’âge sur le quotidien, tout comme la situation économique (la crise de 2008 vient d’éclater) ou certains aspects de la vie politique sont abordés. Quelques réflexions sont particulièrement amusantes, comme la proposition, faite par Paul Auster, de régler le conflit au Moyen-Orient en offrant l’Etat du Wyoming à la population israélienne.

Ces textes permettent de mieux comprendre les deux auteurs et leurs oeuvres. Si j’ai davantage profité des écrits de Paul Auster, dont j’ai lu de nombreux romans, les lettres de John M. Coetzee m’ont donné envie d’explorer plus avant sa bibliographie. La complicité des deux hommes est visible, de même que leur attachement réciproque. Le ton de leurs lettres est souvent léger. Ils blaguent volontiers, ne se prennent pas au sérieux. Plus que deux écrivains, ce sont deux amis qui échangent ici leurs opinions. Les quelque trois cents pages de leur correspondance (de 2008 à 2011) se lisent avec facilité, sans laisser aucune place à l’ennui. Elles ont été un vrai réconfort au cours des semaines qui viennent de s’écouler. Et elles intéresseront sans aucun doute tous les lecteurs fervents de l’un ou l’autre de ces auteurs.

Ici & maintenant (Correspondance 2008-2011), Paul Auster et J.M. Coetzee, 2012.

Publicités