Mots-clefs

,

couvpetitesscenescapitalesLes romans de Sylvie Germain ont un charme très particulier, lié à leur propos comme au style de l’auteur. Petites scènes capitales s’est donc imposé de lui-même quand il s’est agi de faire un choix dans la sélection des Matchs de la Rentrée littéraire proposée par Priceminister.

Ces scènes capitales sont celles qui marquent la vie de Lili, née au sortir de la guerre, au sein d’une génération généralement présentée comme parmi les plus gâtées qui aient été. Lili fait néanmoins figure d’exception. Délaissée par une femme peu encline aux sentiments maternels, élevée dans une famille recomposée où elle peine à se faire une place, elle vit une jeunesse difficile à qualifier d’insouciante. Ce n’est qu’en vieillissant, en se libérant peu à peu des carcans familiaux, en réinvestissant son prénom véritable, qu’elle parvient à goûter les plaisirs de la vie. Les souvenirs, les absences et les obligations du présent continuent cependant de peser.

C’est un roman saturé d’émotions que livre Sylvie Germain. Lili Barbara mène une vie dont le cours est sans cesse dévié par des événements aussi inattendus qu’éprouvants. Le choix du terme « capitales » dans le titre peut être lu de deux manières différentes. Tous les moments évoqués sont en effet essentiels pour l’héroïne : ils influencent nettement sa destinée. Et dans la plupart des cas, la vie d’une personne qui compte pour elle est en jeu. Les décès sont nombreux parmi les proches de Lili, et chacun d’entre eux modifie sensiblement les choix qui la guident dans la vie.

Quand se tourne la dernière page, le lecteur, bercé par un style enchanteur, reste dans un état second. Une fois encore, Sylvie Germain réussit à émouvoir durablement.

Petites scènes capitales, Sylvie Germain, 2013.

Publicités