Mots-clefs

couvcharmantstraversIl ne semble plus nécessaire de présenter Isabel Dalhousie, dont il a été question à plusieurs occasions dans ce salon (ici, ou encore ici). Si tous les volumes de la série n’ont pas fait l’objet de billets, ce n’est pas par manque de qualités, mais plutôt par crainte de lasser les quelques lecteurs réguliers. Le challenge McCall Smith me conduit néanmoins à présenter ce qui est le septième titre de la série.

Toujours à la tête de la Revue d’éthique appliquée (dont elle est désormais propriétaire, après quelques péripéties dans L’importance d’être reconnaissant), Isabel partage son quotidien entre la préparation de la prochaine publication et les deux hommes chers à son coeur, son fils Charlie et son fiancé Jamie. Une certaine routine semble s’installer. Mais son inclination naturelle à répondre aux sollicitations d’autrui, quelques étranges qu’elles puissent être, la conduit à mener des recherches au sujet de trois candidats au poste de directeur d’un pensionnat. Une lettre anonyme laisse entendre que l’un d’entre eux dissimule un pan de sa vie. Mettant à contribution ses nombreuses connaissances et pesant chacun de ses actes, Isabel se fait fort de faire la lumière dans cette histoire. Elle doit en même temps affronter les vieux démons de la jalousie.

Comme souvent avec Isabel Dalhousie, l’intrigue se partage entre des événements extérieurs, qui éclairent le lecteur sur la vie à Edimbourg, et les évolutions de la vie personnelle du personnage principal. Il en ressort que la philosophe constate amèrement la difficulté d’appliquer à sa vie les préceptes qu’elle défend dans sa revue. Même si ce roman n’est pas le plus riche de la série, il n’en demeure pas moins agréable à lire pour les fidèles. On peut regretter que les arts soient un peu moins présents que dans d’autres volumes. Le clin d’oeil à Walter Scott est cependant plaisant. Isabel apparaît plus fragile, moins parfaite. On ne l’en apprécie que davantage. Et on attend de découvrir la suite de la série, avec Les lointains tourments de la jeunesse (en VO dans ma PAL).

Les charmants travers de nos semblables, Alexander McCall Smith, 2010.

2e lecture pour le challenge Alexander McCall Smalexandermccallsmithith…

Publicités