Mots-clefs

,

couvmortpasunefinNe pas évoquer Agatha Christie pendant le mois anglais pourrait être considéré comme un crime de lèse-majesté. Ce billet, inspiré par les lectures de mes petites camarades, vient combler cette lacune.

A la fin du IIIe millénaire av. JC, la XIe dynastie règne sur l’Egypte. Loin des grandes villes, la famille d’Imhotep a la charge d’un vaste domaine destiné à entretenir le tombeau du noble Meriptah. Ce domaine, Renisenb l’a quitté pour épouser Khay. Et un veuvage précoce la ramène sur ces terres, au sein d’une famille qui lui semble n’avoir pas changé. Pourtant d’une nouvelle concubine fort jeune aux côtés du chef de famille rompt un équilibre précaire. Aux scènes de jalousie succèdent des décès trop fréquents pour être accidentels. Renisenb, soutenue par sa grand-mère et par le scribe Hori, cherche à comprendre pourquoi et par qui sa famille est décimée.

Que ceux qui ne jurent que par Hercule Poirot ou Miss Marple passent leur chemin.  Aucun des enquêteurs fétiches de l’auteur ne figure dans ce roman largement inspiré par les activités archéologiques de son époux. Avec cette intrigue, elle va bien au delà des incursions de Poirot sur le Nil ou en Mésopotamie. Le point de vue du touriste érudit est abandonné, et on plonge dans une Egypte antique reconstituée, sans doute fort documentée. Les tâches des scribes, l’organisation d’une maisonnée, l’influence de la mort sur les vivants chargé de favoriser la protection par les anciens et les dieux, mais aussi la place des femmes (les plus jeunes, avec Renisenb, comme les plus âgées, avec sa grand-mère) sont abordés. La psychologie des personnages tient une place essentielle dans une intrigue qui  suit néanmoins un schéma classique, autour de la découverte de l’identité de l’assassin.

Sceptique au début de la lecture, car grande admiratrice du détective belge, j’ai apprécié ce roman pour son contexte, rendu avec soin. Sans dire que l’intrigue est cousue de fil blanc, son dénouement est assez évident pour le lecteur attentif. On passe un bon moment, comme souvent avec les romans d’Agatha Christie.

keep-calm-and-readEt ce billet est aussi l’occasion d’honorer le challenge de Soukee : Voyage dans l’Egypte antique…

logoegypte

Publicités