couvcollegebrutalDe Mara Goyet, j’avais lu, peu de temps après mes débuts en tant que professeur, Collèges de France. Le ton, le regard porté sur les élèves ne m’avaient guère plu. Cette vision du collège, et plus généralement du métier d’enseignant, ne correspondait pas à mes impressions personnelles.

Et puis, voici quelques mois, j’ai découvert, un peu par hasard, le blog animé par Mara Goyet, Alchimie du collège. Les thèmes abordés, le style, le propos plus mesuré, quoique toujours critique, ont su me séduire. Pour prolonger la découverte, je me suis procuré le dernier ouvrage de la dame.

Dans ces quelque cent trente pages, Mara Goyet analyse comment son point de vue sur le métier, mais aussi sa pratique, ont évolué. Les certitudes des premiers temps ont laissé la place à des interrogations, parfois des doutes. Le regard porté sur les élèves s’est adouci. Le sentiment de l’importance de l’enseignement est resté.

Mara Goyet met le doigt sur des difficultés essentielles. Elle s’insurge contre une bureaucratisation rampante de l’Education nationale, qui se complaît dans des tâches présentées comme cruciales (le remplissage du cahier de texte numérique ou des entrées ô combien surprenantes du socle de compétences, des réunions de fin d’année qui ne débouchent sur aucun changement à la rentrée suivante), au lieu de s’intéresser véritablement à la question de l’échec, de lui chercher des réponses dignes de ce nom. Elle montre comment l’enseignement est fait de tâtonnements, d’essais, de réajustement. Un « bricolage savant », en somme.

Sans être d’accord en tout point avec le propos de ce petit essai, je l’ai lu avec autant de plaisir que d’intérêt. Il peut s’adresse aux professeurs qui, jour après jour, constatent, comme l’auteur, que les évolutions récentes du ministère sont loin de correspondre aux besoins des élèves, mais aussi à ceux qui, plutôt que de critiquer à tout-va les enseignants, devraient chercher à comprendre ce qu’est vraiment leur métier, et combien ils sont soucieux du bien-être des élèves.

Collège brutal, Mara Goyet, 2012.

Publicités