Étiquettes

couvspoutnikA l’occasion d’un banquet de mariage, Sumire fait la connaissance de Miu. Les deux femmes s’entendent à merveille, et Miu propose à Sumire de travailler pour elle. Ce changement ne manque pas de surprendre K., le meilleur ami et confident de Sumire. Il l’encourage néanmoins à poursuivre cette expérience, l’écoute quand elle lui avoue être amoureuse de Miu, la soutient quand elle découvre qu’elle ne réussit plus à écrire une ligne, alors qu’elle rêve de devenir écrivain. Et le jour où Miu l’appelle depuis une île grecque pour lui annoncer que Sumire a disparu, il n’hésite pas une seconde avant de partir à sa recherche.

Contée du point de vue de K., cette histoire renoue avec l’incontournable triangle amoureux. Haruki Murakami met en scène des personnages confrontés à des amours impossibles. Mais il parvient à faire basculer l’intrigue en y ajoutant un zeste de fantastique. Entre le monde réel et celui où Sumire a disparu, entre les réalités alternatives qui ont contribué à déchirer Miu, le lecteur perd ses repères. Moult questions sont posées, souvent sans qu’aucune véritable réponse ne soit apportée. La personnalité comme les mystères des trois protagonistes se révèlent, mais pas assez pour les saisir parfaitement. Ils se rapprochent, mais finissent par se quitter sans se dire « au revoir ». Même le dénouement semble rester en suspens.

Dans ce roman, l’auteur explore des pistes que l’on retrouve dans 1Q84. L’existence de deux réalités parallèles, notamment, et la difficulté à quitter le monde alternatif. La musique tient aussi une place essentielle. Ces concordances ont rendu cette lecture d’autant plus intéressante et riche.

Une nouvelle incursion dans l’univers d’Haruki Murakami, qui, malgré la publication tardive de ce billet, entre dans le Challenge Ecrivains japonais, organisé par Adalana.

Les amants du Spoutnik, Haruki Murakami, 1999.

logo-c3a9crivains-japonais_1

Publicités