Étiquettes

Ccouvvaninsatanonstatant que cela faisait un petit moment que le commissaire Van In n’avait pas reparu dans ce salon, j’ai extirpé de ma PAL la quatrième volet de ses enquêtes.

Tout commence avec un cadavre repêché dans le Singel,  une impasse pittoresque de Bruges. Si la gendarmerie ne voit là qu’un suicide, l’intuition de Pieter Van In lui fait suspecter un crime. Usant de méthodes plus ou moins orthodoxes, louvoyant pour esquiver une jolie journaliste que son chef lui a imposée, le commissaire amateur de Duvel et son dévoué adjoint, le lettré Versavel, mettent le nez dans le monde peu reluisant du satanisme. Rien de bien extraordinaire pour Van In, en temps normal. Mais cette fois, il lui faut aussi gérer sa chère Hannelore, dont la grossesse arrive à son terme.

Benson im Himmel ! J’avais oublié combien les romans de cette série sont plaisants.  Bruges est toujours aussi belle, et Van In ronchonne toujours autant. Les personnages évoluent lentement au gré des intrigues, s’étoffent, mais conservent ce qui les rend tellement attachants. La plongée en belgitude se fait avec beaucoup de plaisir. Et pour ne rien gâcher, l’intrigue policière est construite avec soin, ne livrant les indices qu’au compte-goutte et se résolvant sans retournement abracadabrantesque. Une fois encore, ce fut une lecture plaisante, qui devrait permettre à d’autres titres de la série de rejoindre ma PAL…

La quatrième forme de Satan, Pieter Aspe, 1998.

Publicités