Mots-clefs

, , ,

couvintrigueaveniseIl n’est guère envisageable de résister à un colloque d’une semaine à Venise. Pénélope Breuil, qui n’a jamais eu la chance de séjourner dans la Sérénissime, ne s’est pas fait prier. Une fois sa communication achevée, la jeune conservatrice s’échappe pour arpenter rues et places vénitiennes. Au pied de la statue équestre de Bartolomeo Colleoni, elle découvre une tête de chat fraîchement décollée et un billet menaçant les écrivains français amoureux de Venise. Au même moment, Wandrille, le fiancé de Pénélope, fait une découverte similaire à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. Il n’en faut guère plus pour précipiter le couple d’intrépides au coeur d’une nouvelle enquête.

Dans ce troisième volet des aventures de Pénélope Breuil, le lecteur retrouve avec plaisir des personnages pétillants, à la répartie aussi vive que l’esprit. L’intrigue elle-même est riche en rebondissements, toujours d’une grande vraisemblance. Si l’érudition tient une large place dans le récit, elle n’est jamais pédante. Les anecdotes se mêlent aux petites mises au point historiques ou artistiques, avec un tel naturel que le lecteur se cultive sans s’en rendre compte. Cette harmonie entre une histoire bien construite et une foule de références plus précises les unes que les autres est rendue possible par le style de l’auteur. La légèreté l’emporte sur tout. Le texte est bien écrit, avec une pointe d’humour qui rend l’ensemble irrésistible. Impossible de s’ennuyer avec Pénélope et Wandrille, qui s’y entendent à merveille pour fourrer leur nez dans des affaires incroyables. Impossible de ne pas céder à la plume d’Adrien Goetz, dont le roman se dévore plus qu’il ne se lit. Je ne saurais que le conseiller aux amoureux de Venise, qui pourront ainsi éveiller leurs souvenirs, comme à ceux qui s’apprêtent à se rendre dans cette ville magnifique, loin de se limiter aux clichés des brochures touristiques.

Intrigue à Venise, Adrien Goetz, 2012.

Un nouvelle étape pour le challenge Il viaggio.

Emmaüs

Publicités