Étiquettes

couvsuspectXChaque jour, Ishigami fait un détour pour se rendre au lycée où il enseigne les mathématiques. Il tient à s’attirer les faveurs de sa voisine, Yasuko Hanaoka, qui travaille chez un traiteur. Chemin faisant, il observe les sans logis installés sur les rives du fleuve, échafaude des répliques qu’il a rarement l’occasion d’échanger avec la jeune divorcée, plus soucieuse de rester discrète que de se lier avec ses voisins. Mais l’ex-mari de Yasuko réapparaît et, pour éviter qu’il ne s’en prenne à sa fille, elle le tue. Ishigami, témoin malgré lui de l’agitation dans l’appartement d’à côté, propose ses services à la jeune femme. Il lui promet de la débarrasser d’un corps bien encombrant et de brouiller les pistes qui pourraient la faire accuser. C’est sans compter avec l’inspecteur Kusanagi, aussi tatillon qu’attentif à ses intuitions. Avec l’aide logique d’un ami scientifique, il entreprend de démêler l’écheveau de cette affaire.

Après avoir dévoré La maison où je suis mort autrefois, j’étais impatiente de découvrir le deuxième roman traduit de Keigo Higashino. L’intrigue s’est révélée intelligemment construite. Même si le lecteur connaît d’emblée l’identité du coupable, il assiste (un peu comme dans les enquêtes de l’inspecteur Colombo) au minutieux travail de l’enquêteur qui ne s’en laisse pas conter facilement, qui s’attarde sur le moindre détail et s’entête à suivre son intuition, quoi qu’il en coûte. Les personnages se sont cependant révélés peu captivants. Ishigami est particulièrement antipathique, en raison de sa froideur extrême et de son peu d’humilité. Yasuko manque de profondeur et d’humanité. Seuls l’inspecteur Kusanagi et son acolyte le professeur Yukawa donnent le relief nécessaire au roman.

Il m’a été plus difficile d’arriver au terme de cette histoire, moins enlevée que la précédente du même auteur. Ce n’est pas que l’on s’ennuie, mais on ne peut s’empêcher de trouver le temps long à certains moments. Mes impressions sont donc nuancées au sortir de cette lecture. Le dévouement du suspect X présente d’indéniables qualités, mais elles ne sont pas suffisantes pour enthousiasmer. Il est néanmoins hautement probable que je me pencherai tôt ou tard sur le dernier roman de l’auteur, Un café maison.

Le Dévouement du suspect X, Keigo Higashino, 2005.

Keigo Higashino est l’auteur à l’honneur pour ce premier mois du challenge Ecrivains japonais.

logo-c3a9crivains-japonais_1