Outrée par la réaction, aussi excessive qu’inadmissible, d’un éditeur envers une blogueuse (pour en savoir davantage, n’hésitez pas à aller lire ici, ici ou ici), je me permets de remettre en avant les droits imprescriptibles du blogueur-lecteur, tels qu’Antigone les avait présentés en 2010.

Le droit de lire ou de ne pas lire un livre,
Le droit d’être sincère, ou gentiment hypocrite,
Le droit de ne pas aimer un livre, de le dire,
Le droit d’aimer un livre, et de ne pas le dire,
Le droit d’accepter de recevoir des SP, ou pas,
Le droit de faire traîner mes lectures,
Le droit d’avoir un travail à côté, des enfants, une maison à tenir,
Le droit de me faire plaisir et de ne pas me prendre pour une critique littéraire,
Le droit d’être infidèle, de moins aimer ce que j’ai porté aux nues plus tôt,
Le droit de poster des commentaires où bon me semble, partout où le droit de s’exprimer existe,
Le droit de croire que tout vaut mieux que le silence, d’ouvrir la porte aux avis contraires,
Le droit de ne pas faire le jeu du commerce, mais des mots, de la lecture, et de la littérature.
Le droit d’être une lectrice.

Publicités