Étiquettes

Après avoir renoncé, pour le bonheur de sa famille, à l’insouciance de la jeunesse et à ses rêves de femme, Akhila cohabite avec sa sœur, dont le mari voyage beaucoup, et ses nièces. A quarante ans passés, cette vie lui pèse. Elle aspire à prendre son envol, à se construire une existence plus conforme à ses désirs. Mais saura-t-elle passer outre non seulement les réticences de sa famille mais encore les pesanteurs d’une société indienne où résiste la tradition ? Pour prendre le temps de la réflexion, Akhila décide, sur un coup de tête, de s’accorder quelques jours de vacances. La voici qui embarque à bord du Kanyakumari Express. Elle prend place dans un compartiment pour dames, où se trouvait la dernière place disponible. Dans cet espace d’intimité féminine, Akhila sonde ses compagnes de voyage à propos de son projet. A mesure que défilent les kilomètres, chacune se livre, partage son expérience et jauge la situation d’Akhila.

Jusqu’à lors, la littérature indienne m’était quasi inconnue. Ce titre, croisé chez Estellecalim, attisait ma curiosité. La facilité avec laquelle je suis entrée dans ce roman m’a étonnée. La structure polyphonique du récit, l’exotisme du cadre et le propos même du livre m’ont immédiatement séduite. Chacune des femmes propose une réponse singulière aux questions qui taraudent Akhila. Leurs expériences sont fort différentes, mais elles ne se contredisent pas. Elles rendent compte de la place de la femme dans la société indienne à plusieurs époques, à des âges variés, dans des catégories sociales distinctes. Et Akhila s’efforce de tirer de ces témoignages les éléments nécessaires à sa décision. Hormis l’héroïne, Margaret Shanti et Prabha Devi, deux femmes qui ont choisi de louvoyer pour devenir maîtresses de leur destin, m’ont particulièrement touchée.

C’est une belle plongée dans la société indienne qu’offre ce roman. Des fenêtres se sont ouvertes, laissant entrevoir une réalité à explorer plus avant, au gré d’autres lectures. Et au-delà de ce contexte bien spécifique, Anita Nair ausculte la condition féminine, amène le lecteur occidental à reconsidérer ses certitudes dans le domaine.

Compartiment pour dames, Anita Nair, 2001.