Pour Vous est une agence unique en son genre. Sa patronne, Delphine, offre à ceux qui ne les ont trouvées nulle part ailleurs les réponses aux peines infligées par la vie et aux espoirs déçus. Elle offre, moyennant finances, le réconfort dont ils ont besoin pour tourner la page ou souffrir un peu moins. Il lui faut endosser des rôles multiples, parfois méprisables ou difficilement supportables. Si accompagner un vieil homme en promenade ou jouer les dames de compagnie auprès d’une vieille dame est plutôt flatteur, louer à un couple stérile le fils de son employée soulève davantage de questions. Mais Delphine est prête à tout, même violer la loi, s’il s’agit de satisfaire ses clients. Peu soucieuse de sa propre vie, elle a fait du bonheur de son prochain sa mission. Du moins jusqu’au jour où un ancien dossier refait surface, et avec lui un homme qui bouleverse les repères de la jeune femme.

Il m’a fallu bien du temps pour extirper de ma PAL ce roman, pourtant loué par nombre de bloggeuses. Une erreur. En quelques pages, je me suis laissé happer dans l’univers créé par Dominique Mainard. Quelques phrases, quelques situations brossées avec soin suffisent à convaincre le lecteur, qui s’installe confortablement dans le petit monde de Delphine. Les personnages comme l’agence Pour Vous sont présentés sous leur meilleur jour. Et, peu à peu, l’auteur glisse insidieusement remarques et détails qui font naître la gêne, l’embarras. Tout n’est peut-être pas aussi rose qu’il y paraît. En même temps que l’héroïne se met à douter, on lit plus attentivement, on sent l’inconfort grandir.

Ce roman peut, de prime abord, sembler anodin. Cependant il aborde des thèmes dérangeants, qui méritent réflexion. L’ambivalence de l’illusion ou du mensonge, également capables de réconforter et de plonger dans le désarroi, constitue le cœur de ce texte. On s’interroge sur les limites de l’aide qu’autrui peut apporter, sur la maladie et la mort, sur les relations familiales, entre autres. Avec beaucoup de subtilité, Dominique Mainard jette dans la lumière les faiblesses et les absurdités de la société contemporaine. Une lecture dont on ne sort pas indemne.

Pour Vous, Dominique Mainard, 2008.

Publicités