De ce roman, j’ai lu et entendu quantité de louanges. De ce fait, je n’osais plus le sortir de ma PAL, craignant de le gâcher en le lisant en de mauvaises conditions ou d’être déçue d’en avoir trop attendu. Les vacances sont propices à ces lectures que l’on commence sur la pointe des pieds. Et Rosa Candidan’en a été que meilleur.

Elevé aux côtés d’une mère passionnée de jardinage, en une contrée où la tâche relève de la gageure, bouleversé par son décès accidentel, Arnljotur (que son père surnomme Lobbi) s’est fixé une mission : rendre son éclat à la roseraie d’un monastère, célébrée depuis des siècles. Il laisse derrière lui son père et son frère jumeau, qui ne s’exprime que par l’assemblage de vêtements aux couleurs criardes. Ainsi que sa fille, Flora Sol, née d’une nuit passée dans la serre avec Anna, qu’il ne connaît guère. Rejoindre le monastère constitue un véritable périple, au cours duquel il croise des infirmières compréhensives et une actrice en devenir. La roseraie l’attend au bout de la route, avec son lot d’expériences et de surprises.

Tout dans ce roman est apaisement. Le récit suit son cours avec lenteur. Le flegme de Lobbi s’accorde avec le pragmatisme des moines. Les appels réguliers du jeune homme à son père, comme la routine qui s’installe avec Anna et Flora Sol, impriment un rythme rassurant. Chaque péripétie semble s’insérer d’elle même dans l’intrigue, sans surprise réelle. Tout semble naturel, à commencer par le style de l’auteur. La découverte de l’autre (qui passe entre autres par le dialogue et la maîtrise de la langue), l’apprentissage de la paternité sont abordés avec délicatesse. En dépit de sa candeur et, parfois, de sa maladresse, Lobbi sort grandi de son voyage et de son séjour au monastère. Parce qu’il ne s’étonne de rien, ou presque, il franchit chaque obstacle sans tout à fait s’en rendre compte. Il offre ainsi une manière de leçon de vie au lecteur, qui devrait, comme le conseillait déjà Candide, cultiver son jardin.

Rosa Candida, Audur Ava Olafsdottir, 2007.

Une nouvelle lecture à inclure dans le challenge Scandinavie blanche.

Publicités