Judith O’Reilly aime Londres et sa vie trépidante. Mais elle aime plus encore son cher et tendre époux, ainsi que sa progéniture. C’est pourquoi elle accepte de renoncer à tout ce qui fait son bonheur citadin pour s’installer au fin fond du Northumberland. Pendant un peu plus de deux ans, elle couche sur le papier ses impressions au quotidien, ses galères de femme enceinte et de mère d’enfants en bas âge, sa solitude voire son désespoir, mais aussi toutes les incongruités de la vie rurale pour une farouche citadine.

Un « témoignage désopilant et plein d’émotions » indique la quatrième de couverture. Des larmes, de la colère, de l’attendrissement, de l’étonnement, les émotions sont bien présentes, parfois violentes, dans une palette très variée. Il appert cependant que les occasions de rire sont assez rares. Judith O’Reilly souffre beaucoup plus qu’elle ne s’amuse dans sa nouvelle vie. Non seulement elle a sans cesse dans les jambes ses marmots très toniques, mais elle doit souvent jouer les mères célibataires quand son mari séjourne à Londres pour raisons professionnelles. Elle découvre qu’il est difficile de se faire des amis quand on est mère au foyer. En attendant que les travaux destinés à unir leurs deux cottages soient achevés, il lui faut jongler entre les déménagements et les cartons, parlementer avec les artisans. Sa voiture lui joue des tours, avec la complicité de son époux. Son fils a bien du mal à s’acclimater dans sa nouvelle école, tandis que la maladie de sa mère s’aggrave. La campagne, c’est néanmoins apprendre à monter à cheval (avec la tenue adéquate) et à tondre des brebis, devenir un cador dans la chasse aux mouches, partager les souffrances de ses nouvelles amies, sans oublier de profiter des paysages grandioses. Judith O’Reilly n’a guère le temps de s’ennuyer.

Pour immortaliser cette expérience des grands espaces, elle a créé un blog, d’où est issu ce livre. En raison de la forme choisie, la qualité et l’intérêt des textes sont variables. Si certains passages sont un peu plats, de nombreux autres sont très touchants, qu’ils évoquent les petits bonheurs de la maternité ou la magie des paysages du Nord de l’Angleterre. Judith O’Reilly propose un ouvrage sans prétention qui fait passer un bon moment de lecture.

Tous à la campagne !, Judith O’Reilly, 2008.

Publicités