Le week-end dernier se tenait, au centre de congrès d’Earl’s Court, la London Film and Comic Con (LFCC), une convention portant sur les films, séries télévisées et comics. Dans la tradition américaine, une convention est un salon qui réunit des vendeurs de produits dérivés en tout genre, des acteurs et des dessinateurs venus faire des dédicaces et, of course, des fans.

Cette année, les organisateurs de la LFCC avaient invité une foultitude d’acteurs qui ont fait se déplacer des centaines de personnes. Cependant, la star du week-end était incontestablement William Shatner, héros inoxydable de la première série Star Trek, mais aussi de Boston Legal ou de T.J. Hooker. Une préparation d’une précision d’orfèvre et beaucoup de patience ont permis de recueillir la précieuse signature d’un William Shatner toujours très en forme.

Au gré des séances de dédicaces, on pouvait aussi rencontrer Sean Young, partenaire de Harrison Ford dans Blade Runner, ou Katee Sackhoff, qui s’est fait connaître dans la série télévisée Battlestar Galactica.

Si David Tennant ne figurait pas dans ce casting un peu particulier, il va sans dire qu’une convention londonienne fait la part belle à la série Doctor Who. Et quand, au détour d’une allée, un Dalek croise le dixième Docteur (qu’ils étaient nombreux les fans costumés en Docteur, aussi bien le dixième que le onzième !), il n’est question que d’ « Exterminate ! ». La LFCC fut ainsi l’occasion de faire une petite moisson ès Doctor Who, en l’occurrence un magazine dédié, avec un Tardis-tirelire en prime, et une figurine de ce cher David.

Londres ne se résumant pas au seul centre d’Earl’s Court, le séjour s’est agrémenté de nombreuses visites. Les écrivains furent à l’honneur, avec un énième passage au Sherlock Holmes Museum (impossible de s’en lasser) et la découverte de musée Charles Dickens. Les musées publics sont gratuits à Londres. Pourquoi se priver de quelques heures au British Museum où la pierre de Rosette et le chat de Gayer  Anderson sont incontournables ? d’une escapade à la National Gallery, qui propose actuellement une exposition temporaire passionnante,  « Close Examination : Fakes, Mistakes and Discoveries »? de l’exploration du London Film Museum, où sont rassemblés des costumes et des accessoires utilisés dans de nombreux films (y compris la canne et le chapeau utilisés par Charlie Chaplin ou des réalisations originales de Ray Harryhausen) ?

Entre flâneries et visites, c’est ma PAL qui en a pris un coup !

 

Publicités